18.02.2009 08:47:04   /   bonus.ch - News   /   Assurance

Imposer le vaccin contre la rougeole ? L'idée convainc.

Le comparatif des primes d'assurance-maladie, les conseils et astuces vous aideront à trouver une caisse-maladie adaptée à vos besoins et à réaliser des économies.

Les responsables cantonaux sont unanimes. Les médecins préféraient des mesures plus ciblées.

L'épidémie de rougeole va-t-elle provoquer un changement fondamental dans la politique de vaccination? Tout porte à le croire. Tandis que Genève annonçait hier son deuxième cas officiel de rougeole, et que Vaud comptait à midi 62 cas confirmés, la Conférence suisse des directeurs de la santé (CDS) s'est déclarée prête à rendre obligatoire le vaccin contre la maladie. Une décision prise à l'unanimité. Ce qui signifie que les cantons alémaniques, jusqu'ici peu enclins à la vaccination systématique, ont radicalement changé d'avis.

Moyenne suisse faible

Le fait d'être souvent désignés comme les mauvais élèves en matière de couverture vaccinale (voir infographie) a-t-il eu raison des réticences alémaniques? En partie, mais pas uniquement. «Avec ce qui se passe actuellement, les Alémaniques ont réalisé que les démarches à entreprendre pour combattre une épidémie étaient extrêmement lourdes», précise Pierre-Yves Maillard, président de la CDS. Mais le conseiller d'Etat vaudois ajoute que l'obligation de vacciner ne sera décidée par les cantons que si l'objectif d'une couverture nationale à 95% n'est pas atteint dans les deux à trois ans qui viennent.

Pour l'instant, la Suisse est loin du compte: le taux moyen de vaccination est seulement de 86%. Ce qui est clairement insuffisant aux yeux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a encore rappelé récemment la dangerosité de la rougeole, en particulier chez les jeunes enfants. «Même s'il est en bonne santé et bien nourri, un enfant qui n'est pas vacciné risque de contracter la rougeole, qui peut se compliquer d'une pneumonie ou d'une encéphalite et parfois, bien que cela soit rare, entraîner la mort», rappelle le docteur Peter Strebel, à l'OMS.

Pour la professeure Claire-Anne Siegrist, présidente de la Commission fédérale pour les vaccinations, la situation suisse est «inacceptable». Au point qu'une obligation de vacciner peut être envisagée. «Une minorité de personnes ne doit pas continuer à faire courir un risque à une majorité au nom de la liberté de choix», estime la pédiatre des Hôpitaux universitaires genevois (HUG). «Mais avant d'obliger les parents à faire vacciner leur enfant, on peut prendre d'autres mesures», insiste Claire-Anne Siegrist.

Des contrôles limités aux crèches?

Une obligation ciblée et limitée à une institution serait une des pistes à suivre. «Les responsables de crèches pourraient parfaitement exiger, avant d'accepter un enfant, un carnet de vaccination à jour», détaille Claire-Anne Siegrist. Une mesure qui séduit aussi ses collègues cantonaux. «Cela pourrait se mettre en place assez facilement avec l'accord de nos services», poursuit Philippe Sudre, médecin cantonal genevois. Celui-ci, malgré l'unanimité de la CDS, ne cache pas son malaise à l'idée de troquer sa blouse de toubib contre la casquette de gendarme. «Nous ne pourrons jamais contraindre des parents à faire vacciner leur enfant, nous devons donc continuer à miser sur la conviction, une obligation généralisée serait contre-productive à Genève», pense Philippe Sudre.

Son collègue vaudois partage cet avis. Etant donné le bon taux de vaccination dans le canton de Vaud, l'obligation systématique ne s'impose pas. «Cela dit, une telle obligation n'est, techniquement, pas compliquée à instaurer», juge Eric Masserey. Le médecin cantonal vaudois ad interim déplore par ailleurs «l'absence chez les politiques d'un discours national sur la vaccination».

La décision de la CDS est aussi un moyen de mettre la pression sur l'Office fédéral de la santé publique, priée aujourd'hui d'être plus présent. «Leur dernière campagne d'information sur la rougeole remonte à 1986», déplore Claire-Anne Siegrist.

Source : 24 Heures, février 2009

Politique de diffusion pour notre rubrique "news"
Nous publions des articles et communiqués de presse en relation avec nos activités. Tous les articles en provenance de sources externes (services de presse, institutions ou partenaires) n’engagent aucunement notre responsabilité.
Du fait que nous privilégions la liberté d’expression, nous tenons à préciser que nous ne prenons pas position sur le contenu publié.

     

 

Assurance maladie

 

Comparatif des primes d'assurance-maladie

Comparez gratuitement vos primes d'assurance maladie et économisez!

Publicité

Nos coordonnées

 

bonus.ch SA
Av. de Beaulieu 33
1004 Lausanne, Suisse
Tél : +41 (0)21 312 55 91

Nous contacter
Patrick Ducret, notre directeur

Patrick Ducret sur Google+

Notre mission, vous faire économiser

Infos consommateurs

Ne ratez aucune occasion d'économiser. Recevez nos comparatifs, conseils et astuces dans les domaines tels que l'assurance, la finance, produits de consommation et bien plus...

Rejoignez la communauté

Restez à l'affût, retrouvez tous les conseils et astuces pour économiser sur :

bonus.ch sur facebook @bonusNewsFR sur Twitter bonus.ch youtube S'abonner à notre flux RSS

bonus.ch vous a été utile ? Recommandez le site à un ami

A propos de bonus.ch

Qui est bonus.ch ? Comment fonctionne les comparatifs ? Demande de presse, partenariat, publicité, ...

Toutes les infos sur bonus.ch

© 2004-2017 copyright bonus.ch SA  -  Plan du site