25.06.2007 11:42:29   /   bonus.ch - News   /   Assurance

En 2007 et 2008, les dépenses en matière de santé augmenteront moins que prévu.

Le comparatif des primes d'assurance-maladie, les conseils et astuces vous aideront à trouver une caisse-maladie adaptée à vos besoins et à réaliser des économies.

Le centre de recherches conjoncturelles KOF note que les traitements effectués par
les hôpitaux représentent les coûts qui ont le plus progressé en dix ans.

celine diserens

Bonne nouvelle: les dépenses de santé augmenteront moins que prévu cette année
et en 2008. Le centre de recherches conjoncturelles de l’ETH de Zurich KOF, qui a
révisé ses prévisions de l’automne dernier, a indiqué hier que ces coûts devraient
augmenter de 3,9% pour l’année en cours - contre 4,8% prévu initialement - soit
56,6 milliards de francs, et de 3,7% en 2008, soit 58,7 milliards de francs. La barre
des 60 milliards de francs ne sera donc franchie qu’après 2008. En conséquence, les
dépenses de santé augmenteront cette année et l’an prochain de manière plus forte
qu’en 2006, mais dans une moindre mesure que prévu initialement. De plus, si,
comme c’est le cas dans tous les pays du monde, le montant de ces coûts continue
d’augmenter d’année en année, leur proportion dans le produit intérieur brut
progresse, lui moins vite que par le passé. La hausse des salaires est plus modérée.

Le centre de recherches conjoncturelles de l’ETH de Zurich avance plusieurs raisons
pour expliquer cette forte révision à la baisse. Premièrement, l’augmentation des
salaires en 2007 avait été surestimée. Actuellement, la hausse des salaires est plus
modérée que d’habitude dans les phases d’essor conjoncturel, et ce probablement en
raison de l’instauration de la libre circulation des personnes. Le KOF, qui tablait sur
une hausse des salaires de 1,5%, était donc trop optimiste, puisque l’indice des
salaires de l’Office fédéral de la statistique (OFS) n’a affiché qu’une progression de
1,2%. Aussi, l’institut a également révisé ses prévisions de hausse des salaires, les
faisant passer de 1,8% à 1,1% pour 2007, et de 1,3% à 1,1% pour 2008. A ce sujet,
le KOF explique que si l’évolution des salaires n’est guère influencée par la politique
de la santé, elle est le principal poste des dépenses de santé dans son modèle
prévisionnel. C’est pourquoi ces corrections, notamment, impliquent une révision à la
baisse de l’augmentation prévue des dépenses de santé.

Une deuxième raison explique cette correction. En 2005, l’OFS prévoyait une
augmentation du nombre d’habitants de 0,74% pour 2006, alors que le taux de
croissance réel n’a été, selon les chiffres provisoires (les chiffres officiels n’ont pas
encore été publiés), que de 0,65%. Des réductions de coûts bénéfiques.

Le KOF tient à préciser que 2006 a également été l’année où d’importantes mesures
de réduction des coûts des médicaments ont été prises, qui ont permis des
économies d’environ 250 millions de francs, mais que ce montant avait déjà été pris
en considération lors des premières estimations.

En résumé, les dépenses de santé ont progressé l’an dernier, selon les prévisions du
centre zurichois, de 3,0%, un taux qui se situe en dessous de la moyenne. Cette
amélioration découle de la hausse modérée des salaires ainsi que des décisions
politiques telles que la diminution de la valeur du point tarifaire pour des examens
médicaux en laboratoire et des mesures de compression des dépenses dans le
secteur des médicaments. Le vieillissement de la population pointé du doigt.

L’institut zurichois a également évalué l’importance de chaque poste dans ces coûts.
Il en ressort qu’avec 35% du total, les traitements stationnaires engendrent la plus
forte proportion des dépenses, suivit par les autres traitements, (20% ). Viennent
ensuite les traitements ambulatoires par des hôpitaux (15% ), les ventes de
médicaments (12% ), et les traitements ambulatoires par les médecins (11% ). Les
frais de gestion (4% ) ainsi que la prévention clôturent la marche. Le KOF note que,
entre 1995 et 2005, le poste dont la proportion aux dépenses a le plus augmenté est
celui des traitements effectués par les hôpitaux, qui est passé de 12,5% en 1995 à
22,8% dix ans plus tard. Jan-Egbert Sturm, directeur de l’institut, déplore: «Les
coûts de la santé se développent de manière à représenter une part toujours plus
importante dans l’activité de l’économie Suisse.» Et les aspects qui sont les plus
déterminants dans l’évolution de ces coûts sont les dépenses en personnel ainsi que


Source Agefi, juin 2007

Politique de diffusion pour notre rubrique "news"
bonus.ch publie des articles et communiqués de presse en relation avec ses activités. Tous les articles en provenance de sources externes (services de presse, institutions ou partenaires) n’engagent aucunement sa responsabilité.
Du fait que nous privilégions la liberté d’expression, nous tenons à préciser que bonus.ch ne prend pas position sur le contenu publié.

     

 

Assurance maladie

 

Comparatif des primes d'assurance-maladie

Comparez gratuitement vos primes d'assurance maladie et économisez!

Publicité

Nos coordonnées

 

bonus.ch SA
Av. de Beaulieu 33
1004 Lausanne, Suisse
Tél : +41 (0)21 312 55 91

Nous contacter
Patrick Ducret, notre directeur

Patrick Ducret sur Google+

Notre mission, vous faire économiser

Infos consommateurs

Ne ratez aucune occasion d'économiser. Recevez nos comparatifs, conseils et astuces dans les domaines tels que l'assurance, la finance, produits de consommation et bien plus...

Rejoignez la communauté

Restez à l'affût, retrouvez tous les conseils et astuces pour économiser sur :

bonus.ch sur facebook @bonusNewsFR sur Twitter bonus.ch youtube S'abonner à notre flux RSS

bonus.ch vous a été utile ? Recommandez le site à un ami

A propos de bonus.ch

Qui est bonus.ch ? Comment fonctionne les comparatifs ? Demande de presse, partenariat, publicité, ...

Toutes les infos sur bonus.ch

© 2004-2017 copyright bonus.ch SA  -  Plan du site