28.04.2010 11:47:35   /   bonus.ch - News   /   Assurance

Printemps : Les piqûres de tiques ne sont pas anodines !

Le comparatif des primes d'assurance-maladie, les conseils et astuces vous aideront à trouver une caisse-maladie adaptée à vos besoins et à réaliser des économies.

Selon l’OFSP, le nombre de cas de maladies provoquées par les tiques continue de s’accroître et dernièrement les zones à risque se sont élargies. Les tiques sont-elles en augmentation ? Comment l’expliquer ? Que peut-on faire pour prévenir ou soigner les piqûres de ces parasites, petits en taille mais aux effets dévastateurs ? Nous avons interviewé Mme le Dr. Lise Gern, directrice de recherche à l’Université de Neuchâtel et spécialiste des tiques.

Quelles sont les maladies transmises par les tiques ? Quelle est la voie de transmission ?

« Les principales maladies infectieuses transmises par les tiques - nous explique Mme Gern - sont la borréliose de Lyme et l’encéphalite à tiques. Les deux maladies sont transmises lors de la piqûre d’une tique véhiculant l’agent infectieux et peuvent avoir de graves conséquences si elles ne sont pas traitées de manière adéquate. La borréliose est de loin l’infection la plus fréquente, avec plusieurs milliers de cas par année en Suisse ; elle touche principalement la peau, le système nerveux et les articulations. Il n’y a pas de vaccin, mais elle peut être traitée avec des antibiotiques. Le virus de l’encéphalite, lui, la plupart du temps ne provoque pas de symptômes ; on peut observer quelquefois des symptômes semblables à ceux d’une grippe. Dans 5 à 15% des cas d’infection, par contre, une méningite survient. Cette condition peut s’aggraver et faire surgir une méningo-encéphalite. Une personne sur 100 ne survit pas à cette complication ».

Quels sont les endroits à risque en Suisse ?
« En Suisse, les risques de contracter une borréliose de Lyme se rencontre partout où la tique est présente. Quant au virus de l’encéphalite, il y a quelques années encore, il n’était présent que dans un périmètre englobant le nord-est du pays avec pour limite à l’ouest la région située entre les Trois Lacs. Aujourd’hui ces zones se sont étendues au sud du Lac de Neuchâtel et à la Plaine de l’Orbe ».

Y a-t-il une relation entre l’augmentation des zones à risque et les changements climatiques ?

« On ne connaît pas les raisons pour lesquelles les zones à risque du virus de l’encéphalite se sont étendues ».

Les changements climatiques peuvent-ils influencer la prolifération des tiques ?

Notre spécialiste en parasitologie nous explique que les changements climatiques peuvent avoir une influence sur la prolifération des tiques : en Suisse, l’altitude à laquelle elles peuvent vivre est passée de 1000 à 1500 mètres en quelques dizaines d’années. Ainsi un climat doux favorise une extension de la distribution des tiques en altitude. Par contre, depuis 1996 des études systématiques de surveillance des populations de tiques ne montrent aucune augmentation de celles-ci.

Comment prévenir les piqûres de tique et les infections ?
Pour prévenir l’infection, il y a, selon le Dr. Gern, quelques mesures à prendre : « On peut commencer par prévenir la piqûre de la tique. Les tiques attendent leurs hôtes sur la végétation basse. Pour minimiser tout risque de piqûre, il faudrait donc éviter le contact avec la végétation ou choisir un habillement clair couvrant toutes les parties du corps, et utiliser des produits anti-tiques que l’on trouve en pharmacie. Il faut bien examiner son corps au retour de forêt. Si, malgré toutes les précautions, nous nous apercevons qu’une tique s’est fixée dans notre peau, nous devons la retirer au plus vite avec une pince et désinfecter l’endroit. Il convient d’être attentif à d’éventuelles modifications de notre état de santé dans les jours et semaines qui suivent. Enfin, si l’on habite des zones à risque et que l’on est particulièrement exposé au risque de piqûre, il y a la possibilité de bénéficier d’un vaccin contre l’encéphalite à tiques, remboursé par l’assurance de base ». Pour en savoir plus, on peut obtenir un dépliant sur les tiques et les infections transmises en envoyant un message à l’adresse e-mail du département de biologie : secretariat.biologie@unine.ch

Source: bonus.ch, avril 2010

     

 
Politique de diffusion pour notre rubrique "news"  

Assurance maladie

 

Comparatif des primes d'assurance-maladie

Comparez gratuitement vos primes d'assurance maladie et économisez!

Publicité

Nos coordonnées

 

bonus.ch SA
Av. de Beaulieu 33
1004 Lausanne, Suisse
Tél : +41 (0)21 312 55 91

Nous contacter
Patrick Ducret, notre directeur

Patrick Ducret sur Google+

Notre mission, vous faire économiser

Infos consommateurs

Ne ratez aucune occasion d'économiser. Recevez nos comparatifs, conseils et astuces dans les domaines tels que l'assurance, la finance, produits de consommation et bien plus...

Rejoignez la communauté

Restez à l'affût, retrouvez tous les conseils et astuces pour économiser sur :

bonus.ch sur facebook @bonusNewsFR sur Twitter bonus.ch youtube S'abonner à notre flux RSS

bonus.ch vous a été utile ? Recommandez le site à un ami

A propos de bonus.ch

Qui est bonus.ch ? Comment fonctionne les comparatifs ? Demande de presse, partenariat, publicité, ...

Toutes les infos sur bonus.ch

© 2004-2017 copyright bonus.ch SA  -  Plan du site